13 avril 2009

Le tire-lait

traitevacheDès le retour de la maternité, j'ai donc été louer un tire-lait électrique à la pharmacie. C'est pratique ce système de location, car quand on voit le coût de ce genre de machine (environ 200€), ça m'aurait fait un peu mal de mettre une telle somme ! Coup de chance, la machine est neuve, ils viennent juste de la recevoir, et de suivre un stage de formation sur le sujet ! Mais j'avoue que ce jour là, juste à ma sortie de la maternité, j'étais peu réceptive aux conseils, tellement j'étais KO !

Je me suis donc empressée de tester la machine. D'abord arriver à bien monter l'engin, puis se le coller contre le sein.

Alors règle n°1, avant de mettre en route, mettre en puissance minimale, pour le salut de vos tétons !

J'ai augmenté progressivement la puissance, et la douleur par la même occasion. Bon, c'est supportable, mais pas agréable. C'était rigolo de voir mon bout de sein sortir, puis se rétracter, puis ressortir etc en synchronisation avec le piston ! Le lait commence alors à perler sur les seins, puis à couler à grosses gouttes, et même parfois à partir en puissant jet ! Incroyable, j'ai l'option karcher !

Sur la machine, il est possible de mettre un deuxième embout pour tirer les deux seins en même temps. Mais moi qui aimait pas le côté vache-laitière de l'allaitement, déjà que là je me sentais comme une vache que l'on traie, mais avec deux j'imagine même pas ! J'aurais surement gagner du temps, mais perdu un peu de ma dignité !!!

Au fur et à mesure des jours, j'arrivais à sortir des quantités de plus en plus importantes. 180ml pour les 2 seins, c'est mon record, j'étais toute contente et fière de moi (jusqu'à ce que ma mère me disent qu'elle arrivait à sortir 2 biberons pleins à chaque tirée ... ). A ce moment là Lucie prenait 60 à 90 ml par biberon, ça m'assurait presque 3 biberons, et le temps de tirer encore pour assurer la suite ( maintenant 180 ml c'est en une seule prise ...). Sur les 8 biberons de la journée, 6 étaient en lait maternel. Calée devant l'ordinateur, l'embout dans une main, la souris dans l'autre, je répétais l'opération 3 à 4 fois par jour, à raison de 40 min la séance.

Parfois, quand je sautais une séance ou la nuit (trop dur de se lever la nuit pour tirer son lait !), j'avais des gros débordements, qui m'obligeaient à porter des coussins d'allaitement en permanence pour éviter de me réveillée dégoulinante et toute humide.

Et parfois c'était l'engorgement, les seins douloureux et durs ! J'avais l'impression d'avoir des morceaux de plastique dans les seins, tellement les glandes étaient gonflées ! Ca faisait des bosses toutes dures !

Enfin bref, il est évident que l'on ne tire pas son lait par plaisir, mais vraiment pour le bien de son bébé. J'aurais eu du mal à poursuivre à ce rythme, et je félicite celles qui ont réussi à tenir plusieurs mois !

Posté par mel0fee à 18:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Le tire-lait

  • ah les joies de l'allaitement! j'ai presque hâte d'y être

    Posté par margaux, 14 avril 2009 à 15:34 | | Répondre
Nouveau commentaire